Froissart

Mon nom est Daniel Martin. Je suis né deux ans avant la diffusion du premier épisode de Thierry la Fronde : vivent les rediffusions ! Je ne regarde pas souvent la télévision. J’ai mille raisons de consacrer mon temps à des sujets plus nobles que Thierry la Fronde. Oui mais voilà, ce feuilleton me plaît pour ses qualités mais aussi pour ses faiblesses. Comme Froissart, j’ai l’ambition de me distraire avec vous, de vous parler de la nature humaine orchestrée sous l’apparence d’une futile comédie. Partout se concentrent des aspirations, se conjugue une personnalité avec un but à atteindre : derrière le masque du comédien, derrière la caméra, derrière l’écran. Toute cette vie a un sens : distraire et gagner sa vie, faire son métier et laisser une trace, s’émouvoir,exprimer son avis et conserver la mémoire. Ce sont des préoccupations très actuelles. On peut avoir envie de lutter pour elles aussi.


Articles de cet auteur

mercredi 23 septembre 2015
par  Froissart

Inévitable comparaison avec le cinéma

Dans les balbutiements de la télévision, la moitié du temps d’antenne est consacrée à la diffusion de films. Passer des films est beaucoup plus aisé que produire des émissions originales. Par contre, en 1958, le cinéma ne représente que 7% du temps d’antenne. La télévision des réalisateurs entend donner (...)

lundi 14 septembre 2015
par  Froissart

Les réalisateurs s’essaient aux feuilletons

La mise en service des magnétoscopes en 1960 et le développement du film 35 mm et 16 mm, adopté par ailleurs par les cinéastes de la Nouvelle Vague, vont libérer la dramatique de l’emprise exclusive du direct et du studio. Ces avancées techniques favoriseront des créations d’une écriture plus ouverte, (...)

jeudi 10 septembre 2015
par  Froissart

Un maillon doré d’une longue chaîne

Au vu des sondages effectués dans les années 1960, les attentes des téléspectateurs donnent le classement suivant : 1 : dramatiques 2 : variétés 3 : films A ces attentes, la télévision répond en se positionnant comme la plus importante entreprise de spectacle. Avant le feuilleton à suivre était la (...)

lundi 7 septembre 2015
par  Froissart

L’héritage de la presse écrite et de la radio

Dans la culture des Français du milieu du XXème siècle, la radio joue un rôle de premier plan. Une popularité que l’appareil d’Etat a su utiliser notamment dans le cours de la Seconde guerre mondiale. On y trouve déjà très structurés les grands domaines que la télévision va couvrir peu à peu comme (...)

lundi 7 septembre 2015
par  Froissart

Feuilleton ou série ?

Incontestablement, Thierry la Fronde appartient à la catégorie des séries. C’est-à-dire que chacun des treize épisodes qui composent une saison connaît son propre dénouement. Contrairement au feuilleton dont il faut suivre chaque épisode pour ne pas perdre le fil de l’histoire.
Au Canada, j’ai vu tous (...)


Envoyer un message