Froissart

Mon nom est Daniel Martin. Je suis né deux ans avant la diffusion du premier épisode de Thierry la Fronde : vivent les rediffusions ! Je ne regarde pas souvent la télévision. J’ai mille raisons de consacrer mon temps à des sujets plus nobles que Thierry la Fronde. Oui mais voilà, ce feuilleton me plaît pour ses qualités mais aussi pour ses faiblesses. Comme Froissart, j’ai l’ambition de me distraire avec vous, de vous parler de la nature humaine orchestrée sous l’apparence d’une futile comédie. Partout se concentrent des aspirations, se conjugue une personnalité avec un but à atteindre : derrière le masque du comédien, derrière la caméra, derrière l’écran. Toute cette vie a un sens : distraire et gagner sa vie, faire son métier et laisser une trace, s’émouvoir,exprimer son avis et conserver la mémoire. Ce sont des préoccupations très actuelles. On peut avoir envie de lutter pour elles aussi.


Articles de cet auteur

lundi 23 mai 2016
par  Froissart

Une étape à franchir

Cette mise en production rigoureuse cohabite encore avec une certaine souplesse, l’existence d’espaces de liberté. Avec Thierry la Fronde, nous évoquons une période de Télé France films où cette organisation se met en place, elle n’est pas encore érigée comme modèle productiviste. De l’aveu de Claude (...)

mercredi 4 mai 2016
par  Froissart

Chef ou conseiller ?

Dans les années de diffusion de la série à l’antenne, Thierry est omniprésent en couverture des magazines. Il est vrai qu’il n’est pas un épisode où Thierry soit absent et qu’on le trouve toujours à l’œuvre au moment du dénouement final. Pour autant, il est parfois en retrait par rapport à l’intrigue (...)

mercredi 20 avril 2016
par  Froissart

Un air de chevalerie

L’auteur a réussi à faire de son héros un chevalier plutôt compatible avec la connaissance historique du Moyen Age. Un chevalier n’est pas nécessairement un noble même si la chevalerie entretient l’ambition de partager son statut élitiste : elle est héréditaire et se réclame d’ancêtres glorieux. Elle (...)

jeudi 7 avril 2016
par  Froissart

Un projet convaincant

Nous savons que le producteur joue un rôle de chef d’orchestre, qu’il est à la source des décisions essentielles sur le plan artistique et sur celui de l’organisation. Il ne faut pas l’imaginer rivé à son bureau, il met la main à la pâte, comme en témoigne Claude Matalou.
Avec l’administration, le (...)

mardi 29 mars 2016
par  Froissart

Héritier ou imposteur ?

J’ai écrit les enfances de Thierry la Fronde lorsqu’il a quatorze ans qui ont pour cadre Paris, les tours Notre-Dame. Cela m’a beaucoup amusé. Il rencontre Nicolas Flamelle, un petit juif qui porte la rouelle, un signe distinctif imposé par Saint-Louis. De tous les romans pour la jeunesse consacrés à (...)


Envoyer un message