Ecoute ce disque !

mercredi 26 octobre 2016
par  Froissart
popularité : 44%

Le quotidien du Français des années 1960 regorge déjà de signaux sonores destinés à attirer son attention : de la sonnerie du téléphone à la sirène des pompiers, de la cloche de l’église au cri du vitrier qu’on peut encore entendre alors. N’oublions pas non plus que la radio l’a déjà habitué aux slogans publicitaires, petits jingles chantés ou instrumentaux entêtants. La télé des premiers épisodes de Thierry la Fronde n’a jamais encore diffusé de publicité. On est à l’époque du plein épanouissement des chanteurs dont le premier passage à la télévision peut emballer la carrière.

JPEG - 175.9 ko
Thierry la Fronde voisine avec Bayard, un feuilleton de Claude Pierson diffusé en 1964.
Pochette Vinyle 45 T Polydor

Au croisement entre la bande sonore des films long métrage et les indicatifs des émissions radiophoniques, la télévision reprend à son compte le générique conçu comme une séquence musicale courte et séduisante. Les génériques sont appelés à connaître une large diffusion qui multiplie l’impact qu’ils peuvent avoir lors du passage télé. C’est surtout grâce au disque vinyle : 45 ou 33 tours ou version souple. Le générique de Thierry la Fronde s’inscrit dans cette démarche commerciale et là encore, la conjugaison des talents de Jacques Loussier, de Jean-Claude Deret et de Jean Claude Drouot fait mouche. Plusieurs versions discographiques seront mises en vente sur le marché.

JPEG - 464.1 ko
Fidèle à ses choix d’écriture, Jean-Claude Deret commente pour le journaliste de Tintin ses intentions humanistes en ayant choisi de faire endosser à John William le rôle d’un ogre.
Hebdomadaire Tintin N°901, 27 janvier 1966

Le morceau emblématique, celui qui est le générique de la série, l’hymne peut-on dire, c’est «  La marche des compagnons ». Elle existe en version longue, instrumentale ou chantée. John William en est un des interprètes marquants. On le retrouve d’ailleurs embauché dans le rôle de Tana dans l’épisode 6 de la saison 4 diffusé le 6 février 1966 intitulé L’ogre de Brocéliande.
Jean-Claude Drouot a des talents de chanteur, il a travaillé sa voix. Il enregistre donc une version chantée de plusieurs thèmes de Thierry la Fronde. Chansons qu’il sera amené à interpréter lors de reportages télévisés.
Le grand orchestre de Raymond Lefèvre interprète en direct le thème de Thierry la Fronde lors de l’émission «  Le palmarès des chansons » produite par Guy Lux et Jacques Solness, le 26 mai 1966. Un texte déroulant indique aux téléspectateurs la fin de la diffusion de Thierry la Fronde : « …Thierry la Fronde et ses compagnons vous offrent leur dernière minute télévisée ». Quatre cascadeurs investissent la scène pour le dernier combat. Celui qui interprète Thierry de Janville est poignardé et s’écroule… Jean-Claude Drouot fait alors son entrée en costume et nœud papillon, acclamé par le public du studio.

JPEG - 106.4 ko
La version grand orchestre de la partition de Jacques Loussier est adaptée par Raymond Lefèvre qui dirige ses musiciens.
Photogramme extrait du « Palmarès des chansons », INA

Navigation

Articles de la rubrique